Un pays peut bien importer des plantes étrangères pour les adapter à son sol, s’il s’y prête. Il est même de son devoir de tout faire pour mettre sa terre en valeur, afin qu’elle donne beaucoup de plantes et de bons fruits.

Le danger, c’est de vouloir changer sa terre, en mettre une autre à sa place

C’est vouloir, par exemple, amener une terre nordique en Afrique, pour y faire pousser du mil ! Il est fort probable qu’il n’en sortira rien de bien nourrissant.        

 

Retrouvons notre terre, elle nous nourrira ! et peut-être même offrira-t-elle ses fruits savoureux à d’autres nations qui en ont perdu le goût. Retrouvons notre personnalité africaine propre, et peut-être alors pourra-t-on parler d’unité africaine. Retrouvons-nous nous-mêmes, et peut-être alors pourrons-nous tendre à l’ami étranger non plus la main d’un mendiant, mais la main d’un frère.

Amadou Hampaté Bâ, aspects de la civilisation africaine, p.  44

                              

Gbagbo.png
Mukwege_edited.png
Akufo_edited.png
Maathai.png
Lumumba.jpg
Chimamanda.png